En apprendre davantage sur le trading des futures

Ce sont les contrats à termes qu’on appelle Futures dans le jargon du trading. Ces derniers présentent les mêmes singularités des contrats de base et peuvent, donc, être échangés sur le marché avec des échéances précises.

Pour comprendre les Futures :

Il est difficile de profiter des Futures sur le court terme.

Afin d’avoir une idée sur le fonctionnement des Futures, il faut d’abord comprendre que le trading prend du temps, et parfois même, beaucoup de temps. En effet, malgré l’avancée technologique et une logistique sophistiquée, des limitations physiques s’imposent. Même si cela se voit moins avec le trading des actions, ce n’est pas le cas lorsqu’on trade des biens matériels comme les matières premières. D’ailleurs, entre l’achat d’un actif et sa livraison, des mois entiers peuvent s’écouler. Durant ce temps, la valeur de l’actif peut significativement changer. Le contrat à terme concerne une grande partie des quantités tradées sur les marchés en bourse. Leurs volumes sont si importants qu’ils affectent, depuis des décennies, les taux d’intérêts fixés sur les termes (moyens et longs).

On rappelle aussi que les Futures constituent les actifs les plus tradés à l’échelle internationale. Ainsi, il est tout à fait normal de ne pouvoir en profiter que sur les marchés boursiers régulés. Cela est essentiellement dû à l’implication de la chambre de compensation, sans laquelle les échanges boursiers deviendraient trop risqués. En effet, lorsqu’un échange s’effectue, les deux tiers doivent passer par la chambre de compensation. Donc, concrètement, c’est elle qui achète et revends les actifs, agissant comme un intermédiaire. Cette action est essentielle puisqu’elle propose plus de sécurité aux tiers qui participent à l’échange en prenant le risque de contrepartie. Avec chaque transaction, les partis doivent verser une somme correspondante à la garantie que la chambre procure. On notera, au passage, que la valeur du dépôt varie en fonction du marché et de la position que l’adhérent prend sur celui-ci.

L’avantage le plus important à mentionner ici, est que les acheteurs et les vendeurs ont la possibilité d’annuler leurs opérations en effectuant une opération inverse. Dans ce cas de figure, les deux opérations s’annulent.

L’estimation des bénéfices sur les Futures :

Les Futures peuvent assurer une bonne rentabilité avec des indicateurs comme l’ichimoku.

Au moment de l’échéance, on applique les termes fixés au moment de l’achat de l’actif. Le règlement peut s’effectuer en cash, mais aussi, dans ce cas là, la somme à payer reste la même.

Les traders cherchent à faire des bénéfices en prenant position sur le marché au moment adéquat. Ainsi, lorsqu’ils anticipent une régression, ils revendent leurs contrats et en rachètent au moins autant lorsque la chute du cours touche à sa fin. Lorsqu’ils s’attendent à une croissance, par contre, ils doivent attendre la fin de celle-ci pour revendre et réaliser de gros bénéfices en conséquence. Le fait que le marché des contrats présente autant de volatilité que le reste des marchés boursiers est aussi une bonne chose pour l’ensemble des traders.

Quoi qu’il en soit, il n’est jamais conseillé de se baser sur les performances passées lorsqu’on tente de prévoir le mouvement d’un certain cours. Il s’agit là d’une des règles d’or de l’autorité des marchés financiers.

A quoi peut-on s’attendre ?

Maintenant qu’on a compris le fonctionnement des Futures et leurs effets sur le marché boursier, pour les traders débutants, un exemple proche du réel peut toujours servir. Ici, nous allons supposer qu’on trade des matières premières alimentaires, comme le riz, par exemple. L’idée essentielle à retenir est qu’au lieu d’acheter directement l’actif en quantité, les traders ont la possibilité de miser sur son Future.

Comme nous l’avons indiqué plus haut, un échange boursier peut prendre des mois pour se terminer. Dans cet exemple, on suppose que l’acheteur a passé commande pour une tonne de riz. Lorsqu’il y a une livraison réelle de la matière, et si la valeur de cette dernière augmente de 10%, le trader va recevoir la quantité prévue mais ne paiera pas plus. Les 10% de valeur additionnelle à l’actif constitueront son bénéfice. Or, dans le cas où il y aurait un règlement financier, la livraison ne se fera pas. Cependant, le trader touchera 10% de la valeur totale de l’achat initial. On penserait que les vendeurs pourront ne pas payer, mais cela est impossible, puisque, rappelons-le, la chambre de compensation se porte garante à leur place.

Pour ce qui est du cas de figure où la valeur de l’actif aura diminué, l’échange se finalise de la même manière, avec la somme prévue à la base. Donc, dans ce cas de figure, la situation tourne à l’avantage du vendeur. En effet, au moment de la livraison, la valeur de l’actif est devenue moins importante. Toutefois, s’il s’agit d’un règlement financier, la livraison ne se fait pas mais c’est le vendeur qui touche les 10% de bénéfices.

Quelles perspectives pour les marchés en Aout 2020 ? Téléchargez gratuitement l'ebook !
Decouvrez toutes les opportunités d’investissement via notre newsletter
Ce document vous est présenté par Alvexo à titre informatif et éducatif uniquement et ne constitue en aucun cas un conseil financier ou une proposition d’investissement.

Leave a Reply

[an error occurred while processing the directive]